Pérégrinations autour d’un mot : VÉLO

Après quelques semaines d’actualité anxiogène et difficile, enfin une bonne nouvelle pour toutes les Françaises et tous les Français et plus particulièrement pour les amateurs de vélo : le Tour 2020 aura bien lieu ! Il sera décalé, certes, du 29 août au 20 septembre, mais cette grande fête populaire annuelle se déroulera devant son public fidèle et passionné et c’est grand un plaisir !

Le Tour de France est un grand moment de sport diffusé par plus de 80 chaînes, dans près de 190 pays où cette compétition rassemble plus d’un milliard de téléspectateurs, ce qui en fait le 3e événement sportif au monde. La dramaturgie des duels de légende, l’imprévu des faits de course, le gout de l’effort, le dépassement de soi des coureurs, le parcours innovant et immuable à la fois… cette course n’est comparable à nulle autre, ce spectacle fascinant n’est comparable à nul autre.

Le Tour de France est unique, le seul de cette nature au monde, à la fois populaire et gratuit. Sans le public, le Tour n’est pas le Tour, et de la ferveur populaire au renforcement du lien social, cette compétition, au-delà du sport, nous rassemble faisant fi de nos origines, situations, convictions, parcours…

Le Tour de France est une vitrine exceptionnelle de notre pays et des terroirs qu’il traverse, et la beauté des paysages sublimée par les images de la télévision et les commentaires érudits des chroniqueurs en font un exceptionnel porte-étendard de notre riche et varié patrimoine, une promotion touristique inégalable.

Le Tour de France est un acteur économique, pierre angulaire de tout le cyclisme professionnel, il génère beaucoup de retombées directes (hôtellerie, restauration, services…) ou indirectes (image, promotion des savoir-faire…).

Le Tour de France est plus qu’un emblème national, il est un mythe mondial, regardé, scruté, analysé aux quatre coins du monde. A l’instar de ce que nous avons fait pour « le repas gastronomique des Français », son inscription, que je porte, au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, au-delà d’une fierté, serait une reconnaissance de la singularité cette magnifique épreuve.

Le Vélo, c’est un mot pour la connotation populaire du sport cycliste qui se décline sur route, sur piste, en tout-terrain, en cross… qui, au-delà de centaines de milliers de licenciés, se pratique par des millions de cyclo-sportifs amoureux de la « petite reine ».

Le Vélo, c’est un moyen de transport urbain, de plus en plus utilisé dans le cadre d’une politique de déplacement doux ; il s’avère qu’il n’est pas polluant, peu cher, pratique pour stationner, évite les embouteillages et… bon pour la santé !

Le Vélo, c’est toute une économie de fabricants, distributeurs et réparateurs de bicyclettes, fournisseurs d’équipements, créateurs d’infrastructures propres…

Le Vélo, c’est aussi un art de vivre, la découverte de la nature et de la campagne en famille ou avec des amis, avec autant de lenteur que de convivialité…

Ma décision est prise : le 11 mai au matin, dès la fin du confinement, j’irai enfin faire… un Tour à Vélo !

Amitiés,
Philippe FOLLIOT

> Source

Menu