Pérégrinations autour d’un mot : SOLIDARITÉ

Quand les temps sont durs, j’allais dire plus les temps sont durs, plus il est important de « se serrer les coudes » et de faire preuve de solidarité.

En fait, la solidarité a toujours existé et pendant des siècles et des siècles elle a été essentiellement, elle l’est encore dans certains pays et contrées, familiale. C’était tout d’abord une solidarité intergénérationnelle avec plusieurs générations, au moins trois, sous le même toit avec les plus jeunes d’une part, les plus âgés d’autres part, qui était « supportés » par la génération intermédiaire. Pour résumer, jeunes enfants et grands-parents soutenus par les parents. Avec l’instruction publique obligatoire, puis plus tard la création des premiers régimes de retraite, la cellule familiale s’est trouvée petit à petit, touche par touche, modifiée, transformée puis bouleversée. Avec l’exode rural, s’en est suivi une forme d’étiolement des familles pour en arriver à la situation actuelle où chacun est chez soi, même si demeurent quelques « Tanguy », les enfants quittent le nid familial ne serait-ce que pour aller suivre leurs études ou trouver du travail. De leur côté, les grands-parents vivent loin, parfois très loin de leurs enfants et petits-enfants.

Au regard de ces évolutions familiales et sociétales, la vie s’est organisée, et la solidarité publique s’est peu à peu substituée à la solidarité familiale. Les tout petits vont à la crèche ou « chez la nounou » et les plus anciens bénéficient d’une aide-ménagère ou sont placés en EHPAD, en fait la nouvelle solidarité intergénérationnelle, ce sont les impôts qui la financent…

Bien entendu, il reste encore de l’humain dans tout cela, le bisou du matin au bambin comme l’appel en visio pour les plus audacieux ou branchés à l’aïeul. Signe du temps, le facteur lui-même, moyennant modeste rétribution à La Poste, peut à distance « veiller sur vos parents ».

Pour autant, cette forme d’individualisme et de distanciation que nous avons portée à son paroxysme n’est pas la norme partout. Dans les sociétés traditionnelles africaines, au cœur des contrées les plus reculées, la solidarité est très présente et de nature plus villageoise que familiale, avec un sens donné au mot « famille » bien plus large que le nôtre. Il en est de même dans certains pays d’Asie où la solidarité familiale reste aussi tenace que le respect, pour ne pas dire la vénération, envers les anciens.

La solidarité, elle est aussi sociale, ce sont les importants et légitimes réseaux de soutien solidaires et caritatifs que compte notre pays. Je souhaite avoir ici un mot pour souligner la grandeur de l’engagement des bénévoles dans toutes nos associations, ONG et fondations qui font un travail exemplaire et exceptionnel. Je crains que la crise économique et sociale qui va suivre la crise sanitaire nécessite plus encore de solidarités de ce type, au-delà de celles essentielles et fondamentales organisées par l’Etat, les collectivités territoriales et les partenaires sociaux au travers de la politique familiale, des aides au logement, des allocations diverses et variées, des réductions d’impôts, de la sécurité sociale…

Chaque médaille a son revers, et chaque crise peut aussi avoir ses conséquences dont certaines parfois heureuses.

Même si ce n’est pas à généraliser, dans bien des endroits, la situation actuelle a fait naître de nouvelles solidarités ou entraides de voisinage. Ce qui est naturel et courant à la campagne devient de plus en plus fréquent en ville et c’est tant mieux !

Finalement, même symboliquement, à l’heure de la distanciation sociale, tendre la main à autrui est le premier et le meilleur geste de… solidarité !

Amitiés,
Philippe FOLLIOT

> Source

Menu