Nos Valeurs

La Charte éthique au 30 juin 2009

Les valeurs fondamentales de l’Alliance centriste sont basées sur des valeurs humanistes, sociales, libérales et européennes. Nos valeurs intègrent nécessairement les notions de Développement Durable et d’économie sociale de marché. Enfin, un de nos défis majeurs est d’apporter la plus haute valeur ajoutée à l’ensemble de toutes nos actions.
L’objet de la présente Charte est de définir les objectifs de l’Alliance centriste dans ces domaines et les règles de bonne conduite associées.
Naturellement, ces règles ne sont pas exhaustives. Elles constituent le socle fondamental de nos repères et de nos responsabilités.

Notre éthique

  • Appliquer dans tous les domaines les lois et règlements en vigueur.
  • Mettre les femmes et les hommes d’Alliance centriste au cœur de la stratégie de développement de celle-ci et ouvrir à chacun d’eux les possibilités pour valoriser au maximum et au mieux leur potentiel opérationnel.
  • Conduire nos idées selon les plus hauts standards d’honnêteté, d’intégrité et d’équité, conformément à nos principes fondamentaux.
  • Offrir à nos adhérents et partenaires des opportunités de succès lors d’élections, dans un cadre compétitif, ouvert et loyal mais également dans un esprit de collaboration et de partenariat offrant des bénéfices réciproques.
  • Communiquer de façon ouverte et transparente en veillant à la pertinence et la sincérité de l’information que l’on fournit.

Nos valeurs

Dans l’accomplissement de leurs mandats, les adhérents d’Alliance centriste s’engagent à respecter les règles de conduite suivantes :

  • Protéger la confidentialité des informations auxquelles ils ont accès au titre de leur activité associative et politique ;
  • Rendre compte de leur gestion dans le respect des exigences de sincérité et de régularité ;
  • S’abstenir d’utiliser à leur profit personnel ou de divulguer à des tiers les informations privilégiées auxquelles leurs adhésions, fonctions ou mandat leurs donnent accès ;
  • Eviter tout conflit d’intérêt entre leur rôle dans la conduite des affaires de l’Alliance centriste et leurs intérêts personnels ;
  • S’exprimer au nom de l’Alliance centriste, uniquement dans le cadre des règles de communication définies ;
  • Alerter les instances dirigeantes d’Alliance centriste de tout comportement qui ne serait pas conforme aux règles définies dans la présente Charte.

Diffusion de la Charte

Cette présente charte est remise à chaque adhérent et à tout nouvel arrivant afin qu’il en prenne connaissance.
Elle atteste de son souhait d’être toujours très attentif aux valeurs de notre association et d’en respecter scrupuleusement l’éthique.

Manquement aux principes de la Charte éthique

L’application des principes exposés dans ce document s’impose à tous les adhérents de l’Alliance centriste.
Tout manquement par un adhérent à l’un d’eux sera examiné et éventuellement sanctionné, selon les dispositions internes en conformité avec notre réglementation.
30 juin 2009

 


Notre Projet


Que veut être l’alliance centriste ?

Etre  l’avant-centre  de l’équipe de France  du 21e siècle !

Pour cela, il faut assurer le redressement économique du pays, qui n’est pas un objectif technique mais politique !
Cet objectif est le cœur de notre action politique car   « une économie forte est la condition du progrès, de la justice sociale et de l’indépendance nationale », ainsi que l’indiquait Raymond Barre,  alors premier ministre lors de la présentation de son programme pour l’emploi des jeunes.

Le cœur de cette action politique – ambition qui doit s’inscrire dans la durée – reste totalement d’actualité !
Tourner définitivement  la page de décennies de facilités et de renoncements.
Faire enfin de notre patrie un pays fier de lui, entre  de plain-pied dans son siècle, solidement ancré dans sa culture rayonnante et ses valeurs universelles chèrement acquises.
Retrouver la source de son génie qui doit le placer et le maintenir à un niveau privilégié d’innovation, d’imagination et de créativité.
La France doit devenir le « pivot » de l’Union européenne et s’en donner les moyens.

Les propositions :

Sur la forme :
Rassembler tous les centristes dans une formation cohérente, unie et indépendante, qui sera le pivot des majorités de coalition nécessaire pour asseoir une certaine unité nationale propice à la réforme.

Sur le fond :

  • Autant de liberté que possible et autant de régulation que nécessaire.
    Libérer les énergies et encourager les initiatives – l´ AC préfère l’expression « saisir sa chance » à celle de « courir le risque » !
  • Décorseter la nation en recentrant l’état sur ses missions essentielles et sur des politiques inscrites dans la durée.
  • Sortir de l’hyper centralisation, cultiver une vision harmonisée du territoire, et privilégier une organisation différenciée suivant les caractéristiques locales.
  • Recréer une ambition maritime et se doter des instruments et moyens pour assurer une politique avant-gardiste de recherche sur les océans, avec leur dimension environnementale fondamentale.
  • Se mettre au diapason de la société en se dotant d’une administration numérique réactive, lisible et accessible.
  • Mettre en place une « économie de confiance » tant envers ses concitoyens qu´envers les collectivités territoriales ou les opérateurs socioéconomiques, ce qui signifie la fin des contrôles superposés, inutiles et dispendieux –chacun rendra des comptes si besoin est- et que la négociation collective sera la règle.
  • Replacer la défense au cœur de la responsabilité régalienne de l’état et renforcer toutes les composantes de la sécurité nationale par des engagements citoyens.
  • Adopter une « charte de citoyenneté » telle que prévue dans les traités européens pour rappeler que la société des droits s’accompagne par chacun de la conscience de ses devoirs.
  • Donner toutes leurs chances aux jeunes générations –filles et garçons – par une école refondée à tous les stades, ouverte aux technologies les plus modernes et aux modes d’enseignements novateurs mais prenant à bras le corps les nécessités de l’enseignement professionnel et d’un apprentissage adapté à l’époque.
  • Assurer l’avenir de la protection sociale, de l’hôpital et des retraites, par des réformes de fond adoptées après de larges débats permettant de dégager des consensus.

Ce que la France a su faire grâce à la pensée des « lumières » dans un passé proche, elle doit pouvoir le faire à nouveau en étant à l’écoute des « idées nouvelles » et des innovations qui foisonnent.
Ce défi nécessite la mobilisation générale de toutes celles et tous ceux qui partagent cette vision de notre France, pays moderne, ouvert, fraternel, laïc et offrant sa chance à chacun de ses enfants !
Cette France que nous désirons, respectée et rayonnante, forte mais dénuée d’arrogance, sera ainsi à même de cultiver notre vision d’une   Europe unie  qui est et reste notre ambition suprême.