Lettre aux adhérents de l’Alliance centriste

Chers amis,

Cette fin d’année 2016 a été riche en évènements politiques pour notre pays en général et plus particulièrement pour l’Alliance centriste.
Elu Président de notre mouvement lors du Congrès du 3 septembre dernier, j’ai souhaité lui redonner de la visibilité au sein de l’UDI. J’ai ainsi rencontré le Président de l’UDI et les présidents de chacune des composantes.
Même si je regrette, que nous n’ayons pas pu présenter un candidat à la primaire de la Droite et du Centre, il nous a paru important de ne pas s’en désintéresser. Tout au long de la Primaire, j’ai donc demandé à vos présidents de fédérations de vous solliciter et de nous faire part de vos opinions.
Au premier tour, nous n’avons pas souhaité prendre position même si une grande majorité d’entre nous a soutenu Alain JUPPE. Comme notre 1er Vice-président, François ZOCCHETTO, l’a fait pour François FILLON, j’ai décidé, à titre personnel, de soutenir Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, candidate qui me paraissait apporter du renouveau dans ces primaires. Naturellement, je n’ai pas voulu lier l’Alliance centriste à ce choix.
Après les résultats du 1er tour, j’ai demandé à tous les présidents de fédérations de vous interroger sur votre choix entre les deux candidats. Une large majorité ne s’étant pas dégagée, nous vous avons laissé libre de vos choix mais en insistant sur la nécessité de s’unir, quel que soit le résultat, derrière le vainqueur de cette primaire.
Aujourd’hui, nous connaissons le résultat. François FILLON est sorti largement gagnant de cette Primaire. La conséquence, suite à cela, c’est que l’UDI s’en est trouvée affaiblie, du fait de la position évolutive de son Président, mais aussi parce que la majorité de ses cadres et membres avait souhaité soutenir fortement et publiquement Alain JUPPE.
La semaine dernière, le Président, Jean-Christophe LAGARDE, a convoqué les parlementaires et les présidents des composantes fondatrices pour échanger à ce sujet. Ne pouvant être présent physiquement à ces réunions, j’ai entrepris d’interpeller le président de l’UDI via des échanges de courriers, sur les problèmes de gouvernance et surtout sur le manque de collégialité dans les prises de décision.
Lors de cette réunion, l’une de mes propositions a été acceptée. En effet, prochainement sera instauré,  un nouveau Conseil de la présidence (organe qui assure la direction politique du parti) qui sera réduit au nombre de neuf : les présidents des composantes fondatrices, les deux présidents de groupes parlementaires, le 1er Vice-président et le Président de l’UDI. Cette nouvelle configuration permettra, je l’espère, une meilleure gouvernance au sein de l’UDI et de meilleures prises de décisions. J’insiste sur la nécessité de retrouver de la cohérence et de l’unité dans notre action, tant dans ces moments difficiles et troublés. Le rassemblement des centristes en particulier et des français en général me paraît essentiel.

Enfin, sachez que mardi 13 décembre, une délégation de l’UDI rencontrera François FILLON. En tant que Président de l’Alliance centriste, j’en ferai bien entendu parti, ainsi que François ZOCCHETTO (1er Vice-président de l’Alliance centriste) en qualité de Président du groupe UDI-UC au Sénat.
Cette rencontre permettra de défendre auprès du leader de la droite, nos idées sociales, européennes et humanistes, avec pour principal objectif de réussir l’alternance tant attendue par nos concitoyens.
Le lendemain, nous rencontrerons le Président du Sénat, Gérard LARCHER, chargé par François FILLON, de faire le lien avec les formations centristes.

De par ces différentes actions, j’ambitionne que l’Alliance centriste soit le ciment de la réconciliation de tous les centristes et que nous soyons ceux qui donnent l’impulsion de ce rassemblement.

Dans l’attente de vous revoir bientôt, je vous prie de croire, Chers amis, en mes salutations les plus centristes.

Philippe FOLLIOT

Président de l’Alliance centriste
Député du Tarn

Paris, le 12 décembre 2016